Présentation

Le doctorat en océanographie vise la formation de chercheurs autonomes, capables d'œuvrer à l'avant-garde de l'océanographie, en contribuant, selon une approche multidisciplinaire, à l'avancement des connaissances fondamentales et appliquées reliées aux milieux marins.

Le projet de recherche et les cours permettent d’approfondir ses connaissances dans un des quatre domaines de spécialisation : 

  • océanographie chimique;
  • océanographie biologique;
  • océanographie géologique;
  • océanographie physique.

Structure du programme

Le doctorat en océanographie comporte la rédaction d’une thèse de 75 crédits permettant d’approfondir un sujet dans un domaine de recherche de l’océanographie, qui est axée sur l'étude des milieux marins (côtiers, estuariens et océaniques) et sur les interactions entre les composantes biologique, chimique, sédimentologique (géologique) et physique de ces systèmes marins.

Axes de recherche

Océanographie physique

Les physiciens s’intéressent aux mouvements de l’eau en fonction de différents facteurs, comme la marée, les vents, les variations de débit d’eau douce, ainsi qu’aux variations dans l’espace et le temps. Leurs recherches touchent notamment :

  • la formation des vagues;
  • les gradients de salinité et de densité;
  • les variations de température;
  • les échanges d’énergie entre l’air et la mer;
  • la formation de zones de turbulences;
  • les phénomènes connexes entre l’océan et la température (changements climatiques mondiaux, El Niño, ouragans et typhons);
  • etc.

Océanographie chimique

Les chimistes s’intéressent aux processus chimiques dans l’eau et les sédiments marins. Leurs recherches touchent notamment :

  • les origines et le sort des constituants chimiques des eaux océaniques;
  • les réactions chimiques qui se produisent en milieu marin;
  • les effets des contaminants (organiques ou non) et leur distribution;
  • les échanges gazeux entre l’atmosphère et l’océan;
  • etc.

Océanographie biologique

Les biologistes s’intéressent aux organismes et microorganismes vivants dans le milieu marin, comme le plancton, les algues, les crustacés, les mollusques, les poissons et les mammifères. Leurs recherches touchent notamment :

  • les relations trophiques entre ces organismes et les facteurs qui peuvent déséquilibrer ces relations, comme le changement de climat et la pollution;
  • les interactions et l’évolution des espèces en fonction des paramètres physiques, chimiques et géologiques du milieu;
  • l’influence des perturbations anthropiques et naturelles sur la biodiversité;
  • l’aquaculture (physiologie, génétique, développement, etc.);
  • les systèmes d’exploitation halieutiques;
  • etc.

Océanographie géologique

Les géologues s’intéressent à l’évolution du fond marin, c’est-à-dire à la nature des sédiments, les mécanismes de leur mise en place et l’historique de leur accumulation. Leurs recherches touchent notamment :

  • la formation des bassins océaniques, des chaînes de montagnes, des fosses, des volcans sous-marins;
  • la façon dont les sédiments sont transportés, soulevés et distribués, pour former îles et continents;
  • la reconstitution paléoclimatique et paléoenvironnementale à partir de l’étude des propriétés minéralogique, géochimique et/ou magnétique des sédiments;
  • etc.

Projets d’études en recrutement

Les professeurs l'ISMER affichent régulièrement des appels de candidatures pour des projets de maîtrise ou de doctorat en océanographie. Les candidats peuvent aussi communiquer directement avec les professeurs pour connaître les possibilités d’encadrement. 

Les sciences de la mer, un axe d'excellence en recherche à l'UQAR

Dès la naissance de l'Université du Québec à Rimouski, la compréhension de l'environnement maritime s'est imposée comme un créneau d'études et un axe d'excellence en recherche incontournable. L'UQAR regroupe aujourd'hui une extraordinaire concentration de chercheurs dont l'expertise couvre un large éventail de questions touchant le domaine des sciences de la mer.

L’ISMER est un chef de file dans des domaines comme les changements climatiques sous différentes latitudes, les effets du rayonnement ultraviolet sur les premiers maillons de la chaîne alimentaire ou l'impact des contaminants sur les écosystèmes côtiers. L'acoustique marine, l'aquaculture, la dynamique des populations et le transport des sédiments sont aussi des thématiques pouvant compter sur une expertise solide.

Voir : Axes d'excellences en recherche

Perspectives d'emploi

Chaque année, plusieurs opportunités d’emplois s’offrent pour les diplômés en océanographie, qui dépendent de la formation disciplinaire (océanographie biologique, chimique, géologique ou physique).

Étant donné qu'un grand nombre de polluants, naturels ou anthropiques, aboutissent dans l'océan, les environnementalistes des quatre coins du monde commencent à s'intéresser aux affaires océaniques.  Le besoin de spécialistes qui comprennent non seulement l'interdépendance de l'océan, de l'urbanisation et de l'industrialisation en croissance constante, mais aussi les dangers potentiels des accidents maritimes continue de s'affermir.

Secteur public

Au Canada, le principal employeur de diplômés en océanographie est le gouvernement fédéral, plus précisément les ministères des Pêches et Océans ainsi que des Ressources naturelles.  Les autres ministères et organismes gouvernementaux ainsi que les universités emploient des océanographes pour enseigner et mener des travaux de recherche.

Secteur privé

Les emplois dans le secteur privé touchent en grande partie les études et l'évaluation de l'environnement. Certaines grandes entreprises emploient leurs propres spécialistes des sciences de la mer tandis que d'autres préfèrent embaucher des consultants.

Pêcheries et aquaculture

Les recherches sur les pêches exigent la connaissance de presque tous les aspects de l'océanographie afin d'effectuer l'évaluation des populations et la modélisation de la dynamique des populations de poissons. L'expansion rapide de l'aquaculture a entraîné une demande pour un bon nombre de spécialistes, notamment en nutrition de poissons et en contrôle des maladies.