La Chaire de recherche du Canada en écologie halieutique (niveau 2) vise à valoriser les pêcheries maritimes par l’étude de l’écologie des espèces à l’aide de technologies de pointe.

Bien que les pêcheries représentent le deuxième produit d’exportation alimentaire en importance au Canada avec une valeur annuelle de plusieurs milliards de dollars, la dynamique de nombreuses populations de poissons demeure méconnue. Ce manque de connaissances sur la structure et l’abondance de certaines populations constitue un frein majeur pour l’obtention de certifications de durabilité. Or, un nombre croissant de marchés internationaux où sont vendus les produits canadiens de la pêche exige des preuves de la durabilité des pêcheries.

Objectifs

L’objectif principal des travaux de la Chaire est de contribuer au développement d’outils d’évaluation et de gestion des stocks qui auront pour effet combiné d’augmenter la valeur des produits de la pêche sur les marchés tout en favorisant la durabilité des pêcheries. En misant sur des technologies de pointe comme le marquage électronique des poissons et l’analyse de l’otolithe, le titulaire et son équipe proposent un programme de recherche novateur qui aidera à déterminer la distribution et l’abondance des ressources ainsi qu’à identifier les mécanismes par lesquels s’opèreront les changements de distribution des populations de poissons de l’Atlantique Nord-Ouest en réponse aux changements climatiques.

Les technologies employées ont aussi le potentiel de révéler le rôle de la variabilité individuelle du comportement des poissons dans la dynamique des populations. Tout en générant des occasions économiques directes par une valorisation accrue de la ressource, les travaux de l’équipe du professeur Robert jetteront un éclairage nouveau sur les mécanismes régulant la dynamique de pêcheries de haute importance sur les plans économique et culturel pour plusieurs provinces canadiennes.