Infrastructures de recherche à l'UQAR

Animalerie

L'animalerie de l'UQAR est un atout essentiel qui répond aux impératifs de la recherche et de l’enseignement en biologie. Les étudiants, chercheurs et le personnel de l'animalerie veille aux bons soins et au bien-être des animaux en se conformant  lignes directrices et les politiques de Bonnes pratiques animales établies par le Conseil canadien de protection des animaux (CCPA) et aux règlements institutionnels régis par le Comité de protection des animaux (CPA) de l'Université du Québec à Rimouski. Notre animalerie peut héberger jusqu’à une vingtaine de cages ventilées de rongeurs pour la quarantaine et l'hébergement. Elle est composée d'une salle polyvalente et d'une salle humide permettant le maintien de poissons d’aquarium.

Cartothèque

La cartothèque a pour but de répondre aux besoins de l'enseignement universitaire et de la recherche sur le plan de la documentation cartographique. On y trouve des cartes numériques, des photographies aériennes, des atlas, des données numériques et des métadonnées du monde, plus particulièrement du Canada, du Québec et de l'Est-du-Québec. La Cartothèque possède les facilités nécessaires à la consultation des cartes papier et numériques.

Herbier

Pour plus d'information, communiquez avec le chercheur Luc Sirois.

Laboratoire de granulométrie et de sédimentologie

Situé au «Dôme» de l'UQAR (poste ouest), ce laboratoire, disponible pour les besoins de l'enseignement et de la recherche, possède les instruments nécessaires pour étudier la distribution de taille des particules (aussi appelée analyses granulométriques) une des plus importantes caractéristiques du sol. L'intégration de données granulométriques offre une définition quantitative des caractères fondamentaux des sols: la composition, la texture,  la conductivité capillaire du sol, le tassement ainsi que la disponibilité en nutriments pour la flore et la faune. L'UQAR possède les infrastructures pour réaliser des analyses granulométriques par tamisage,  par décantation et par diffraction laser.

Musée d'histoire naturelle

Pour plus d'information, communiquez avec le chercheur Luc Sirois.

Serre

La petite serre de l’UQAR est principalement utilisée pour la culture de semis d'espèces  arborescentes qui constituent d'une part du matériel expérimental pour les cours de physiologie végétale et d'autre part pour la production de semis qui sont transférés dans une pépinière de production, elle aussi située sur le campus. Cette pépinière est une composante importante des efforts de l'UQAR  pour compenser les émissions de gaz à effets de serre qui sont produits dans le cadre de ses activités de formation et de recherche.

Volière extérieure et animalerie pour oiseaux

L'UQAR s'est récemment dotée d'une volière extérieure et d'une animalement pour oiseaux avec chambres climatiques. Sous la responsabilité du laboratoire d’écophysiologie, ces infrastructures nous permettent d’étudier, en conditions contrôlées ou semi-naturelles, plusieurs mécanismes permettant aux oiseaux de s’ajuster aux contraintes énergétiques associées à l’environnement (e.g. régulation hormonale de la production de chaleur, changements morphologiques et comportementaux, nutrition). Ces infrastructures nous permettent également d'étudier la capacité des oiseaux à s'acclimater aux perturbations climatiques résultant du réchauffement global. En utilisant des modèles domestiques se reproduisant en captivité, nous pouvons également étudier les effets intersaisonniers issus de contraintes spécifiques (e.g. effet de l’environnement froid sur le succès de reproduction ultérieur).

Stations de recherche

Le Groupe de recherche sur les environnements nordiques BORÉAS et le Centre d'études nordiques (CEN) partagent et gèrent de nombreuses infrastructures qui facilitent la logistique qu'implique la recherche en milieu froid et/ou nordique. Ces infrastructures comprennent des maisons-dortoirs, des salles de cours, des sites de campements, des laboratoires de travail, des réseaux télémétriques, des véhicules et embarcations nautiques ainsi que des équipements de recherche.

Forêt d'enseignement et de recherche Macpès

Utilisé par l'UQAR et administré par le Cégep de Rimouski, le Pavillon de la Forêt d'enseignement et de recherche (FER) Macpès est accessible à l'année et peut accueillir jusqu'à 60 personnes. Le pavillon comprend une salle de cours, un laboratoire et une salle polyvalente.

Le Groupe de recherche sur les environnements nordiques BORÉAS y a installé un laboratoire mobile pour étudier l'écologie hivernale et l'acclimatation physiologique des oiseaux non migrateurs (mésanges, passereaux) vivant en milieux nordiques.

Station de recherche écologique de Radisson

Située au coeur de la municipalité de Radisson, cette station de recherche du Centre d'études nordiques comprend 3 maisons mises à la disposition des chercheurs du Centre d'études nordiques (CEN) de l'INRS-ETE, de l'Université Laval et de l'Université du Québec à Rimouski.

Située dans la région de la baie James, la station est accessible par la route ou par des vols commerciaux. Elle comprend un laboratoire, un garage et peut accueillir jusqu'à 20 chercheurs simultanément. Des véhicules, des bateaux et un service d'hélicoptère facilitent l'accès à cette vaste étendue de lacs, de terres humides, de forêt boréale, et de réservoirs hydroélectriques. D'ailleurs, plusieurs stations climatologiques du réseau SILA du CEN sont opératinonelles à l'année dans la région. La station est accessible à l'année.

Partenaire du CEN, le Groupe de recherche sur les environnements nordiques BORÉAS y mène les projets suivants: dynamique des forêts à la limite entre les zones boréale et subarctique en lien avec les perturbations naturelles et les changements climatiques; écologie des conifères boréaux; analyses dendrochronologiques des variations hydro-climatologiques; dynamique récente des tourbières.

Réseau CEN Quajisarvik

Le réseau Quajisarvik met à la disposition des chercheurs membres (et non-membres) du Centre d'études nordiques (CEN), huit bases de recherche actives étalées sur près de 3500 km entre Radisson (Baie James) et l’île Ward Hunt.

En 2011 s'est ajouté le Centre communautaire de Whapmagoostui-Kuujjuarapik, le centre de recherche sur le pergélisol de Salluit ainsi le navire de recherche Louis-Edmond Hamelin.

Principalement consacrées à la recherche universitaire, ces infrastructures sont gérées en collaboration ou en partenariat avec les groupes et communautés autochtones vivant sur les lieux. Seules les deux stations de l'extrême Nord sont localisées dans des parcs nationaux et leur gestion est effectuée avec la collaboration de Parc Canada.

Réseau INTERACT

Depuis 2009, le réseau Quajisarvik s’intègre et complète le réseau circumpolaire de stations de recherche terrestres INTERACT et SAON (Sustaining Arctic Observing Networks – arcticobserving.org). Cette nouvelle collaboration avec les utilisateurs et gestionnaires du réseau augmente la visibilité et l’impact scientifique des membres du CEN et de l'UQAR au plan international.

En plus de faciliter l’accès aux chercheurs et étudiants à 79 stations de recherche partagées, ces collaborations facilitent les échanges de données réelles terrains essentiels à la modélisation des changements environnementaux du Nord.

Pour plus d'information, communiquez avec Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., coordonnatrice du Centre d'études nordiques à l'UQAR.

Stations de mesures environnementales

Stations climatiques de Macpès

Depuis 2004, la Forêt d'enseignement et de recherche (FER) de Macpès compte sur un réseau de stations climatiques et hydriques apte à supporter la recherche scientifique dans les domaines de l'écologie et de l'aménagement. Les stations, composées d'équipements hydrologiques et météorologiques sophistiqués, sont situées dans trois sous-bassins de la rivière Rimouski. Les paramètres mesurés permettent d'évaluer l'impact à long terme du changement climatique et des perturbations forestières (aménagements sylvicoles, chablis, etc.) sur le régime hydrique et sur le cycle des éléments nutritifs.

Réseau SILA du CEN

Le réseau SILA de télémétrie instrumentale du CEN est un réseau d'observatoires permanents des changements climatiques et de l'environnement nordique réparti dans huit zones bioclimatiques du Québec. Certaines de ces données sont accessibles en ligne auprès des municipalités hôtes.

SILA signifie, selon la cosmologie ancienne inuit, air universel qui entre et sort de tous les êtres vivants. SILA est également un préfixe utilisé par les Inuits pour qualifier tout ce qui se rattache à l'environnement atmosphérique et universel (météorologie, précipitation, baromètre, univers, climat, astronomie, pression barométrique).

Pour plus d'information, communiquez avec Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., coordonnatrice du Centre d'études nordiques à l'UQAR.