UQAR-Info

UQAR-Info
Investissement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

1 million $ à l’UQAR pour la création d’une Alliance de recherche Universités-Communautés (ARUC)

Publié le 07 avril 2010 

Le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) vient de décerner une subvention d'un million de $ à M. Steve Plante, professeur en développement régional à l’Université du Québec à Rimouski.

Le chercheur Steve Plante en compagnie du vice-recteur Jean-Pierre Ouellet.Cette annonce fait suite à l’ouverture d’un appel de projets portant sur les grands enjeux environnementaux canadiens dans le cadre de son programme sur les Alliances de recherches université-communauté (ARUC).

Cette ARUC, intitulée : Défis des communautés côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent à l’heure des changements climatiques, nous permet « d’entreprendre pour les cinq prochaines années une programmation de recherche dynamique qui tiendra compte de la réalité des partenaires et des chercheurs impliqués dans cette aventure », souligne monsieur Plante. La direction de ce projet est assumée par le professeur Steve Plante de l’UQAR et par Madame Chantal Gagnon, de la Coalition pour la viabilité du sud du Golfe du Saint-Laurent. Celle-ci y voit « une occasion stimulante de reconnaitre l’expertise des organisations concernées par la gestion de l’eau et les risques côtiers dans l’élaboration d’outils d’accompagnent des communautés ». Cette double direction, assumée par un membre universitaire et un membre du milieu communautaire, permet de solidifier l’ancrage territorial des travaux qui seront entrepris.

Cette alliance est constituée de neuf partenaires (Coalition pour la viabilité du sud du Golfe du Saint-Laurent, Mi'kmaq Confederacy of Prince Edward Island, Comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine, Conseil de bassin versant de la rivière Bonaventure, Stratégies Saint-Laurent, Regroupement des organismes de bassins versants, Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord, Réseau de recherche sur les océans du Canada et l’Observatoire Global du Saint-Laurent), ainsi que de neuf universités et deux centres d’études représentant plus de 22 chercheurs de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l’Ontario.

« La gestion intégrée des zones côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent présente d’importants enjeux et pose des défis de taille pour les communautés de l’est du Canada et ce, surtout face aux scénarios des changements climatiques », affirme M. Omer Chouinard, de l’Université de Moncton. En effet, la rapidité avec laquelle des transformations induites par ces changements s’effectuent sur les côtes et les enjeux politiques associés à la gestion de la ressource hydrique (douce et saline) exigent que l’on élabore des stratégies d’adaptation et de gestion efficaces et novatrices. Ces stratégies doivent être à la fois collectives (municipalités, régions, associations communautaires, organismes professionnels) et individuelles (citoyens).

C’est dans un tel esprit que cette alliance se penchera sur : 1) le renforcement des capacités de résilience (capacité de récupérer après un événement extrême) des acteurs et des communautés, ainsi que la prise en compte de la viabilité à long terme des collectivités évoluant dans un écosystème vulnérable mais essentiel; 2) la complexité et l’incertitude entourant les systèmes sociaux et les phénomènes environnementaux qui obligent les acteurs du développement à tenir compte tant des connaissances scientifiques et sociologiques dites « expertes » que de celles des communautés locales; et 3) l’intégration de ces types de connaissances pour délimiter les niveaux de vulnérabilité des collectivités et des écosystèmes afin d’accroître leur résilience.

Commmunautés côtières

La réflexion des partenaires et des communautés sera alimentée par le développement d’outils (articles scientifiques, de vulgarisation, grilles d’évaluation, ateliers et colloques) et par l’accompagnement des acteurs non universitaires dans la production conjointe de nouveaux modes de gouvernance. De telles activités éclaireront également le positionnement de chacun face à des enjeux majeurs : effets des changements climatiques sur la zone côtière, arrimage entre gestion intégrée de l’eau par bassin versant et gestion intégrée de la zone côtière du Saint-Laurent (Qc), élaboration de plans de gestion pour les usages du territoire (Î.P.É.) ou encore, application de la politique de la zone côtière du N.-B.

C’est avec plaisir que l’équipe de l’Alliance de recherche universités-communautés sur les défis des communautés côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent à l’heure des changements climatiques vous invite à consulter son site internet qui vous permettra de suivre l’avancement des travaux.

Rendez-vous au www.defisdescommunautescotieres.org .