Océanographie

  • Serge Demers s’apprête à tourner la page sur une carrière bien remplie de 32 ans dans le monde de la recherche océanographique. Le premier directeur de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski passera le flambeau dans les prochains mois après 14 années à la tête de ce fleuron de la Technopole maritime du Québec.

  • Le doré jaune au régime

    Les aquaculteurs québécois font face à un problème de taille : les géniteurs de dorés d’aquaculture produisent des œufs de qualité médiocre, non fécondables et parfois incapables de se rendre à l’éclosion. Candidate au doctorat en océanographie, Sahar Mejri travaille à améliorer la production de dorés jaunes de qualité, en partenariat avec la Station Piscicole Trois-Lacs située en Estrie. Comme quoi l’océanographie ne se limite pas qu’aux océans!

  • Comptant plus de 100 000 espèces, la biodiversité des diatomées – des microalgues unicellulaires planctoniques et benthiques – est très importante. L’une d’entre elles, Haslea ostrearia, intéresse particulièrement le professeur en aquaculture Réjean Tremblay, qui mène une recherche sur le potentiel de valorisation des diatomées bleues avec un groupe de chercheurs européens.

  • Étudiante au doctorat en océanographie à l’UQAR, Agathe Lisé-Pronovost fait partie d’un projet d’envergure internationale regroupant plus d’une cinquantaine de chercheurs en Patagonie. Son objectif : reconstituer les variations du champ magnétique depuis des dizaines de milliers d’années et comprendre les changements climatiques à partir des propriétés magnétiques des sédiments.

  • Dommage que le fleuve soit si peu accueillant pour les baigneurs rimouskois, même en été! L’étudiant au doctorat en océanographie à l’UQAR-ISMER, Frédéric Cyr, explique d’où vient l’eau froide de l’estuaire, essentielle à la biodiversité.

  • Les nanoparticules d’argent, qui ne mesurent seulement que quelques nanomètres de diamètre, ont des propriétés particulières que les industries pharmaceutiques, agroalimentaires ou des pesticides cherchent à exploiter. L’étudiant au doctorat en océanographie Mathieu Millour s’intéresse à ce nanomonde mystérieux en pleine évolution.

  • Étudiante au doctorat en océanographie à l'Université du Québec à Rimouski, Corinne Pomerleau est passionnée des régions polaires. Voyageant entre l'Arctique et l'Antarctique, elle nous explique aujourd'hui son cheminement, ses recherches et ses projets d'avenir.