La programmation du groupe de recherche APPSO vise à étudier et à répondre à des enjeux majeurs identifiés dans une société québécoise se caractérisant par sa diversité multiple, dans le but de contribuer à son essor, tant au plan social, économique que technologique.

Cette programmation est soutenue par des activités de recherche se réalisant en milieu pratique. Deux thèmes centraux unifient les recherches des membres du groupe, soit l’étude de l’apprentissage(incluant les apprentissages culturels, sociaux et professionnels) ainsi que l’étude des caractéristiques et des processus de socialisation (définis autour de l’intégration et de la participation).

Apprentissage

L’apprentissage est entendu comme le processus permettant l’évolution des savoirs, des habiletés, des attitudes et des valeurs d’une personne. L’étude de l’apprentissage réfère à la compréhension de ses mécanismes, à la mise en œuvre de conditions qui lui sont favorables, à la réduction des difficultés, à la diminution du décrochage scolaire et l’augmentation de la scolarisation de la population pour une meilleure intégration sociale, culturelle et professionnelle. Au regard du volet de l’apprentissage, les axes de recherche sont les suivants.

Les littératies multiples

La lecture, l’écriture, la mathématique, la communication orale sont reconnues comme des compétences de base pour bien fonctionner dans la société actuelle. Les pratiques de littératies sont variées et correspondent à différentes situations personnelles et sociales : à l’école, à la maison, dans le milieu de travail, dans la collectivité. Comment maximiser la maîtrise de ces compétences de l’enfance à l’âge adulte? Comment réduire les écarts entre les sexes et les milieux sociaux et culturels dans l’acquisition de ces compétences? Quels sont les effets des pratiques prometteuses, innovatrices pouvant faciliter la réussite éducative dans l’acquisition de ces compétences?

La formation initiale et continue en enseignement

Les défis posés au système éducatif par rapport à la réussite éducative du plus grand nombre d’élèves interpellent largement les enseignants et conduisent à des questionnements relatifs à la formation initiale et continue en enseignement. Comment préparer les futurs enseignants à la complexité de l’acte d’enseigner? Comment développer l’expertise professionnelle nécessaire au changement des pratiques que les réformes et la quête accrue de la réussite des élèves imposent? Quels sont les effets du développement d’une culture de formation continue dans les milieux de pratique sur l’acte d’enseigner? Comment la formation initiale et la formation continue peuvent-elles favoriser l’accès à la recherche, encourager les pratiques innovantes et répondre aux besoins d’une société en continuel changement?

Socialisation

La socialisation, pour sa part, est étudiée sous l’angle des pratiques d’intégration et de la participation. La socialisation est un processus par lequel la personne fait l’apprentissage des normes de la société ou du groupe social auquel elle appartient. Ainsi, elle sera en mesure d’agir de manière adaptée et d’exercer des rôles attendus dans son milieu. La socialisation d’une personne se réalise par son intégration dans différents milieux ordinaires de la vie familiale, sociale, scolaire et professionnelle. L’intégration devrait se traduire par une participation, laquelle désigne l’implication réelle de la personne dans une situation de vie ordinaire. Au regard du volet de la socialisation, les axes de recherche sont les suivants.

La population à risque d’échec

La population à risque d’échec est très variée. La connaissance des caractéristiques individuelles permet d’établir des catégories, telles que les différents types de déficiences, de difficultés d’adaptation ou d’apprentissage. Mais au-delà des catégories, il faut reconnaître la singularité de chaque individu qui présente souvent une juxtaposition de besoins. Quelles sont la prévalence et l’évolution des différents groupes qui constituent la population à risque? Comment mieux comprendre l’interaction entre les facteurs individuels et les facteurs environnementaux jugée déterminante? Comment mieux évaluer la population, mieux la connaître et comprendre les besoins spécifiques des personnes qui la composent? Comment reconnaître la concomitance de problématiques et la considérer dans la pratique? Comment reconnaître l’hétérogénéité occasionnée par la diversité et la considérer dans la pratique?

Les apprentissages sociaux

L’acquisition, le maintien et la généralisation des habiletés nécessaires à l’intégration sociale des individus et à leur responsabilisation sont reconnus comme l’un des défis actuels en éducation. Comment peut-on favoriser ces apprentissages sociaux chez l’enfant et l’adolescent? Quels sont les facteurs cognitifs, socioaffectifs, familiaux et scolaires qui interviennent dans ces apprentissages? Quelles stratégies permettent de prévenir le développement de comportements antisociaux et d’intervenir de façon à soutenir l’apprentissage des habiletés sociales?

La gestion de la diversité

La gestion de la diversité suppose la connaissance et la mise en place des conditions favorables à l’intégration et à la participation d’enfants et d’adolescents présentant une ou des différences. Les conditions favorables peuvent se situer à tous les niveaux de leur écosystème, allant de la cellule familiale aux différentes instances responsables de l’élaboration des politiques. Quelles sont les modalités optimales de préparation à la scolarisation, incluant l’intervention précoce? Comment peut s’effectuer la gestion de classe en contexte d’hétérogénéité des groupes? Quelles sont les pratiques qui favorisent la contribution de différents réseaux de services? Comment soutenir la transformation des pratiques afin d'atteindre les objectifs énoncés dans les orientations en faveur des personnes différentes? Les orientations ont-elles les impacts attendus auprès de l’ensemble des populations concernées?