Histoire

  • L’UQAR sera l’hôte, le 14 janvier 2014, de la cinquantième conférence ArchéoPat en archéologie et patrimoine. Créée en décembre 2009 à l’initiative de professeurs du Laboratoire d’archéologie et de patrimoine (LAP), la série ArchéoPat propose gratuitement des conférences et d’autres activités ouvertes à tous grâce à la collaboration du Module d’histoire et du Module de géographie de l’UQAR, de l’Université d’été en patrimoine, du projet PatER (patrimoine, enseignement, recherche) et d’autres partenaires. La programmation s’est considérablement enrichie depuis 2009, passant de 3 conférences durant la première année à une dizaine en 2012-2013. L’automne 2013 a été particulièrement animé, avec pas moins de quinze activités ArchéoPat dont trois se sont déroulées hors des murs de l’UQAR.

  • Enseignant à la Commission scolaire des Phares, Jean Bélanger compte parmi les étudiants issus des sciences de l’éducation qui poursuivent des études de 2e cycle en histoire. Portrait d’un étudiant qui allie deux passions.

  • Les citoyens du Québec ont été conviés aux urnes pour les élections municipales le 3 novembre ; ceux de Saint-Marcellin ont quant eux porté leur choix sur André-Pierre Vignola, confiant ainsi la mairie à un étudiant de l'Université du Québec à Rimouski. Le jeune homme de 21 ans, qui réalise un rêve en se retrouvant à la tête du conseil municipal de son patelin d'origine, devient donc étudiant à temps plein et maire !

  • Comment un site historique et archéologique devient-il un lieu patrimonial ? Étudiante à la maîtrise en développement régional à l’UQAR, Isabelle Malenfant étudie le cas de quatre forts miliaires de la vallée du Témiscouata et du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick érigés vers 1840, mais dont les usages sont aujourd’hui bien différents.

  • L’Université du Québec à Rimouski est l’hôte du 66e Congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française (IHAF). Près de 150 historiens du Québec et d’autres provinces canadiennes y prendront part du 10 au 12 octobre à l’Hôtel Rimouski.

  • Pour sa troisième édition tenue du 18 au 24 août, la session intensive de l’Université d’été en patrimoine s’est déroulée dans la Baie-des-Chaleurs. Le groupe d’étudiants, dirigé par le professeur d’histoire Jean-René Thuot, s’est lancé à la découverte des objets patrimoniaux des différentes communautés culturelles qui cohabitent le long du littoral dans un espace relativement restreint.

  • Pour une cinquième année consécutive, l’Île Saint-Barnabé est le théâtre de travaux archéologiques menés par les professeurs Manon Savard et Nicolas Beaudry et leurs étudiants.

  • Diplômé à la maîtrise en histoire de l’UQAR, Mathieu Arsenault est récipiendaire du premier prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant pour son mémoire intitulé L’historiographie des Rébellions de 1837-1838 au XXe : débats et rôle structurant dans la construction des grandes représentations de l’histoire du Québec.

  • Le septième colloque des étudiantes et étudiants en histoire s’est déroulé avec succès le 22 février dernier, à la salle Alphonse Desjardins du Musée régional de Rimouski.

  • L’Université d’été en patrimoine, coordonnée par l’UQAR et le Cégep de Rimouski, tiendra sa 3e édition du 18 au 24 août 2013 dans la Baie-des-Chaleurs. Les étudiants des cégeps et de l’UQAR ont jusqu’à la fin mars pour soumettre leur candidature.

  • Professeure au Département de Lettres et humanités, Catherine Broué prononce une conférence intitulée « Paroles des Onontagués à Vaudreuil 1707 – 1709 : voix multiples en quête de traces » le jeudi 14 mars, à 19 h 30 au Musée régional de Rimouski, dans le cadre des conférences Musée-UQAR.

  • L’Université du Québec à Rimouski vient de recevoir plusieurs dossiers d’archives de la Réserve faunique Duchénier. Un don qui s’inscrit dans le cadre d’un nouveau partenariat patrimonial visant à mettre en valeur les documents des anciens clubs de chasse et de pêche de ce joyau régional.

  • Pour Joannie Rousseau-Plante, 19 ans, son inscription au programme d'histoire à l'Université du Québec à Rimouski a été une véritable surprise. Ressortissante du programme d'études internationales (PEI) au secondaire puis des sciences humaines au Cégep de Rimouski, il ne faisait aucun doute qu'elle allait partir de la région pour ses études universitaires. Pourtant, après avoir visité les universités des grands centres au printemps dernier, elle était loin d'être convaincue. Joannie a été frappée par leur caractère impersonnel. « Je me suis un peu sentie comme un numéro », raconte-t-elle.

  • L’UQAR et le Cégep de Rimouski ont initié un large projet d’inventaire des ressources patrimoniales du Bas-Saint-Laurent. La population des MRC des Basques, de Rimouski-Neigette et de La Mitis est invitée à faire part des éléments qu’elle juge dignes de l’étiquette patrimoniale, que ce soit pour leur valeur culturelle, historique ou symbolique, ou parce qu’elles illustrent des modes de vie ou de production révolus.

  • Pour une quatrième saison consécutive, du 16 juillet au 17 août 2012, l'île Saint-Barnabé a fait l'objet de travaux archéologiques menés par le Laboratoire d’archéologie et de patrimoine de l’UQAR, sous la direction de Mme Manon Savard, professeure de géographie et d’archéologie, et de M. Nicolas Beaudry, professeur d’histoire et d’archéologie.

  • La seconde édition de l’Université d’été en patrimoine (UEP) se tient du 20 au 24 août à Rimouski. Nouveauté cette année, le grand public est invité à assister à deux conférences portant sur les patrimoines funéraire et maritime.

  • L'UQAR a obtenu une mention spéciale lors de la huitième remise des Prix du patrimoine de la MRC de Rimouski-Neigette et du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent.

  • Originaire de Rimouski, Amélie Brière souhaitait revenir au Bas-Saint-Laurent après des études collégiales à l’extérieur de la région. Avec une formation en architecture et un intérêt pour le patrimoine bâti, le baccalauréat en histoire jumelé à la mineure en pratiques et interventions culturelles représentait la voie vers un travail dans le domaine qui l’intéressait, dans sa région d’origine.

  • Mathieu Arsenault fait partie de la toute première cohorte d’étudiants à la maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Passionné par l’histoire du Québec, Mathieu étudie le rapport des Patriotes du Québec à la religion catholique, du point de vue des historiens.