Présentation

Le programme court de 2e cycle en éthique de l’intervention en santé vise à outiller les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux aux concepts propres au développement d’une attitude éthique dans l’intervention en santé : bioéthique, déontologie, éthique professionnelle et de l'intervention, etc. 

Le programme vise ainsi à leur permettre d’acquérir des habiletés facilitant la prise de décision éthique. 

Public visé

Ce programme s'adresse aux intervenants et aux gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux qui veulent acquérir une compétence de base en éthique à court ou à moyen terme.

Plusieurs établissements du réseau de la santé et des services sociaux doivent se donner de nouveaux dispositifs éthiques (comités d’éthique, codes d’éthique) ou renouveler ceux qui sont déjà en place, à la suite des exigences de la démarche d’agrément et à l’évolution des missions et des structures organisationnelles.

Passage au DESS et à la maîtrise

Tous les cours du programme court de 2e cycle en éthique de l'intervention en santé font partie intégrante du diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) et de la maîtrise en éthique.

Il est donc possible pour un étudiant d’amorcer son cheminement au programme court de 2e cycle, puis de poursuivre au DESS ou à la maîtrise. Pour compléter sa maîtrise, il doit :

  • détenir une moyenne cumulative minimale de 3,2 sur 4,3;
  • satisfaire aux conditions d’admission du DESS ou de la maîtrise;
  • déposer une nouvelle demande d'admission.

Perspectives d'emploi

Principaux employeurs

Certains employeurs dont le mandat est directement centré sur l’éthique recrutent spécifiquement les diplômés en éthique. C'est entre autres le cas :

  • de la Commission de l'éthique de la science et de la technologie;
  • de l'Unité de l'éthique du ministère de la Santé et des Services sociaux;
  • du Conseil national d'éthique en recherche chez l'humain;
  • du Bureau des valeurs et de l'éthique de la fonction publique fédérale.

L'importance grandissante des enjeux éthiques et la multiplication des comités d'éthique dans les entreprises et dans les organisations favorisent le placement des diplômés. Dans plusieurs milieux de travail, ils agiront comme professionnels ou conseillers. C’est le cas :

  • des organismes gouvernementaux et paragouvernementaux;
  • des établissements de santé et de services sociaux;
  • des établissements d'enseignement secondaire et collégial;
  • des centres d'information juridique;
  • des associations et des organisations internationales;
  • des associations professionnelles;
  • des organismes actifs dans les domaines de l'environnement et de la culture.

De manière générale, les habiletés intellectuelles d'analyse et de synthèse approfondies acquises lors de la formation en éthique sont appréciées d'un grand nombre d'employeurs.

Professions occupées

Plusieurs organisations peuvent tirer profit des services des diplômés spécialisés en éthique. Sur le plan théorique comme recherchiste ou sur le plan pratique, par exemple dans l'animation et la consultation.

En effet, les diplômés sont habilités à examiner des questions touchant divers secteurs de l'activité humaine et à les traiter selon une méthode rigoureuse d'analyse et de synthèse. De multiples débouchés sont encore insoupçonnés au sein de différents services publics, pour étudier des problèmes liés à la famille, au phénomène de relocalisation, aux manifestations de violence, à l'organisation des loisirs, à la refonte des programmes sociaux, aux législations civiles et criminelles, ou à la promotion des codes de déontologie.

Certains diplômés travaillent aussi à leur compte comme consultants. Leur emploi est souvent en lien avec leur formation de 1er cycle.