Recherche

  • Les services sociaux et de santé de première ligne en région seront au centre des travaux d’un nouveau groupe de recherche dirigé par Hélène Sylvain, professeure de sciences infirmières à l’UQAR. Les travaux de ce regroupement seront financés, au cours des deux prochaines années, par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

  • Le premier colloque international du LIMIER est présenté au campus de Lévis de l’UQAR, les 9 et 10 mai, sous le thème « Littératie illustrée, enseignement et apprentissage ». Une centaine de chercheurs et d’intervenants en sciences de l’éducation sont attendus.

  • Candidate au doctorat en biologie, Cyrena Riley représentera l’Université du Québec à Rimouski dans le cadre du concours Ma thèse en 180 secondes tenu lors du 82eCongrès de l’Acfas, le 14 mai à l’Université Concordia.

  • Le 83e Congrès de l’Association francophone pour le savoir – Acfas se déroulera sous le thème Sortir des sentiers battus, du 25 au 29 mai 2015, à l’Université du Québec à Rimouski.

  • Deux doctorants et une professeure du Département des lettres et humanités de l’UQAR ont participé au colloque international Odyssées : Récits de voyage en langue française dans le cadre de la 41e Conférence sur la littérature francophone. Le colloque avait lieu le 27 et 28 mars 2014 à l’Université de Caroline du Sud à Columbia, aux États-Unis.

  • Chercheur postdoctoral à l’UQAR, le biologiste Pierre Legagneux cosigne, avec les professeurs Dominique Berteaux, Joël Bêty, Dominique Gravel et le professeur associé Nicolas Lecomte, un article publié dans Nature Climate Change qui démontre que le fonctionnement de l’écosystème arctique terrestre dépend de la taille des espèces et du climat.

  • Étudiante à la maîtrise en géographie, Caroline Pinsonnault cherche à mieux comprendre le recul des côtes de l’estuaire du Saint-Laurent en analysant la zone de l’estran, la partie du littoral située entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées, des côtes de Rimouski à Sainte-Anne-des-Monts.

  • Au printemps 2011, le gouvernement du Québec entreprenait un ambitieux exercice d’évaluation environnementale stratégique (ÉES) pour renforcer les connaissances sur la filière énergétique controversée du gaz de schiste.  Forts de leur expertise sur la filière éolienne et l’acceptabilité sociale, les professeurs Marie-José Fortin et Yann Fournis ont été mandatés dans ce cadre pour diriger deux importantes études destinées à éclairer les débats sociaux sur le sujet.

  • Le professeur Bruce Lagrange a récemment présenté une partie de ses travaux de recherche en sciences comptables à un congrès international européen.

  • Avec le réchauffement climatique, le recul de la banquise va favoriser une forte croissance du trafic maritime dans l’océan Arctique canadien. L’augmentation des activités maritimes pourrait entraîner l’apparition d’espèces non indigènes, voire invasives, au point de déséquilibrer la biodiversité et le fonctionnement de l’écosystème arctique.

  • Étudiante au doctorat en océanographie, Souad Annane étudie les effets des changements climatiques sur le plancton, cet ensemble d'organismes aquatiques microscopiques à la base de toute la chaîne alimentaire aquatique.

  • Spécialiste en aquaculture, le professeur Réjean Tremblay vient de compléter une partie de sa recherche sur les mécanismes de recrutement des balanes et des moules en zones subtropicales et nordiques réalisée avec son collègue le Dr Augusto Flores, de l’Université de São Paulo.

  • Une recherche menée par des chercheurs de l’UQAR-ISMER a permis d’établir que l’estuaire profond est dix fois moins turbulent que ce que croyait la communauté océanographique. Publiée dans le Journal of Geophysical Research, cette étude apporte un son de cloche différent à la compréhension de la distribution profonde de l’oxygène dissous – un élément essentiel à la vie marine.

  • Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire, le professeur Claude La Charité est lauréat de la Distinction Alcide-C.-Horth. Ce prix souligne la qualité et l’importance de la contribution scientifique d’un professeur, de même que sa contribution à la formation de chercheurs.

  • L'Université du Québec à Rimouski continue de se démarquer avec son Laboratoire de recherche en énergie éolienne (LRÉÉ), comme le témoignent de nombreux articles scientifiques publiés aux cours des dernières années, dont deux ont eu un impact particulier auprès de la communauté scientifique.

  • L’Arctique est une région propice à l’observation de l’impact des changements climatiques. Si le réchauffement de la température a clairement modifié le couvert de glace et la quantité de nuages, la productivité des écosystèmes marins a également subi des modifications sur le plan de la saisonnalité. Un constat important pour la communauté scientifique.

  • L’Université du Québec à Rimouski accueillera le 83e Congrès de l’Association francophone pour le savoir – Acfas au printemps 2015. Plus de 3500 congressistes sont attendus à Rimouski lors de ce prestigieux événement scientifique.

  • Spécialiste en télédétection, le professeur en océanographie physique Martin Montes travaille sur un projet de recherche novateur sur l’utilisation des drones, ces petits appareils volants téléguidés, dans la recherche en océanographie. Une recherche qui est réalisée avec des collègues de l’Université polytechnique de Catalogne, à Barcelone.

  • Une importante recherche sur la persévérance scolaire réalisée sous la direction du professeur Martin Gendron vient d’être dévoilée par la Table Éducation en Chaudière-Appalaches (TÉCA), le Forum jeunesse régional Chaudière-Appalaches (FJRCA) et les Partenaires de la Réussite Éducative en Chaudière-Appalaches (PRÉCA). L’étude identifie des facteurs pouvant influencer des jeunes à persévérer ou non dans leur parcours scolaire.

  • Une météorite serait à l’origine de la formation du cratère du Corossol, un cratère de 4 kilomètres situé à plus de 40 mètres de profondeur au large de la Ville de Sept-Îles, selon les recherches d’une équipe de scientifiques dont fait partie le professeur en géologie marine Guillaume St-Onge, de l’UQAR-ISMER.