Recherche

  • Se transmettant de génération en génération, le patrimoine contribue à forger l’identité d’un peuple, d’une communauté, d’une famille. Permettant de faire des liens avec le passé pour mieux comprendre le présent, il prend différentes formes, allant des objets aux paysages, en passant par des traditions et des bâtiments historiques. Autant de sujets qui sont étudiés à l’UQAR dans plusieurs domaines de recherche.

  • Les résidus céréaliers générés lors de la production de bière pourraient bien représenter une solution de rechange aux microbilles exfoliantes qu’on retrouve notamment dans des produits d’hygiène. Candidate à la maîtrise sur mesure en chimie, Amy McMackin a consacré son projet de recherche réalisé sous la direction du professeur Sébastien Cardinal au développement de nouveaux matériaux biosourcés par la valorisation de la drêche brassicole. Une innovation bénéfique pour l’environnement.

  • Des chercheuses et des chercheurs du Centre de recherche du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches et de quatre universités, soit l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), l’Université Laval, l’Université de Sherbrooke et l’Université du Québec à Trois-Rivières réaliseront au cours des prochains mois une recherche sur le « bien vieillir » en contexte de ruralité. Intitulé MOSAIC, ce projet mettra l’accent sur une approche de type laboratoire vivant en engageant les personnes aînées des milieux ruraux et leurs proches dans la définition de leurs besoins et de pistes de solution pour les soutenir.

  • Professeur en sciences de la gestion à l’Université coopérative de Colombie – Barrancabermeja, Carlos Eduardo Solano Martinez vient de terminer un stage en gestion de projet dans le cadre de son doctorat en génie à l’Université industrielle de Santander. Un séjour à l’UQAR qui lui a permis de cibler son projet de recherche et de tisser des liens avec la professeure Érika Souza De Melo.

  • Une équipe intersectorielle de l’UQAR, du Cégep de la Gaspésie et des Îles (CGÎ) / Merinov et des Fruits de Mer Madeleine inc. développe, en collaboration avec le Centre d’expertise en gestion des risques d’incidents maritimes (CEGRIM), une plateforme de biotests pour l’industrie de la pêche au homard. Cette plateforme a pour but d’assurer les plus hauts standards de qualité de cette ressource prisée par les amateurs de fruits de mer. Un projet de recherche où l’innovation et la préservation de ce crustacé se marient afin d’assurer une pêche plus durable et de favoriser l’autonomie alimentaire du Québec.

  • BORÉAS souffle 20 bougies!

    La recherche sur les environnements nordiques a pris un nouvel essor à l’UQAR avec la création de BORÉAS il y a 20 ans. Ce groupe de recherche a contribué à former de nouvelles générations de personnes impliquées en recherche et à rassembler des spécialistes en biologie, en géographie, en chimie, en sciences de la santé et en génie autour de la thématique originale de la nordicité. 

  • Trois professeures en science de l’éducation de l’UQAR reçoivent plus d’un million $ du ministère de l’Enseignement supérieur pour la réalisation de 3 projets inédits dans leur domaine. Sélectionnés dans le cadre d’un appel à projets, ces derniers devaient répondre à la priorité gouvernementale visant à favoriser la réussite à tous les ordres en améliorant et en diversifiant l’offre de formation en enseignement. Ils devaient également contribuer à la valorisation de la profession enseignante et répondre à des enjeux actuels de l’éducation.

  • Passionné de plongée sous-marine, Arthur Gandin est venu étudier à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski de l’UQAR pour parfaire ses connaissances sur le milieu marin et ses écosystèmes. Après son diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en océanographie, l’étudiant français poursuivra son parcours universitaire cet automne avec une maîtrise consacrée au sébaste.

  • Aude Flamand vient d’obtenir son laissez-passer pour la sixième finale internationale du concours de vulgarisation scientifique Mon projet nordique. L’étudiante à la maîtrise en océanographie s’envolera pour l’Islande en octobre prochain pour présenter ses recherches sur l’impact du dégel du pergélisol.

  • Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent lancera dans les prochaines semaines un projet pilote visant à améliorer l’accès aux soins de santé en milieu rural. La Chaire interdisciplinaire sur la santé et les services sociaux pour les populations rurales (CIRUSSS) réalisera des travaux de recherche pour en mesurer les impacts sur le plan de l’accès à des soins de qualité.

  • Une vingtaine de chercheuses et chercheurs sont attendus les 16 et 17 juin prochains, au campus de Lévis, pour discuter des dynamiques locales de développement dans un contexte de globalisation et d’inégalités croissantes.

  • Avec la nouvelle mouture de son Système intégré de gestion de l’environnement côtier, le SIGEC Web, le Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières de l’UQAR dote les municipalités du Québec maritime d’outils d’aide à la décision pour mieux s’adapter aux changements climatiques et augmenter leur résilience face aux aléas côtiers. L’équipe propose aussi une série de neuf capsules vidéo dynamiques et vulgarisées pour découvrir comment le projet Résilience côtière a contribué à enrichir cette boîte à outils pour mieux soutenir le développement durable des zones côtières de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent.

  • L’Université du Québec à Rimouski vient d’obtenir le renouvellement de sa Chaire de recherche du Canada en écologie halieutique. Dirigée par le professeur Dominique Robert, de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER-UQAR), cette chaire consacre ses travaux à la valorisation des ressources de la pêche.

  • L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et son Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) joignent un réseau de recherche international portant sur les risques et catastrophes naturels. Le coup d’envoi à un important projet de recherche de cinq ans vient d’être donné à l’ISMER-UQAR.

  • L’autre accès aux savoirs

    La lumière du soleil illumine la pile de livres sur le fond du mur de la bibliothèque du bureau de Lucie Gélineau, professeure et chercheuse en travail social au campus de Lévis. Celle-ci se spécialise dans les approches qualitatives et participatives de la recherche sur la pauvreté, l'exclusion sociale, les mouvements sociaux, le travail symbolique et bien d’autres. Entretien avec celle qui deviendra, à compter du 1er juin prochain, la première professeure en travail social à l’antenne de Baie-Comeau de l’Université du Québec à Rimouski.

  • Du 25 au 28 mai se tiendra à l’UQAR campus de Rimouski un colloque multidisciplinaire sur notre rapport à l’eau. Intitulé Récits des eaux : confluence des savoirs entre raison, émotions et création, cet événement international rassemblera une trentaine de congressistes.

  • À l’heure où les changements climatiques font consensus, aussi bien dans la communauté scientifique que dans la population, les ingénieures et ingénieurs peuvent jouer un rôle de premier plan pour assurer la transition écologique et une gestion durable des ressources, à condition de mieux définir la responsabilité éthique de ces professionnels face à l’environnement, soutient l’étudiant à la maîtrise en éthique à l’UQAR campus de Lévis, Marc-Antoine Dionne.

  • Étudiante à la maîtrise en océanographie, Jeanne Mérindol consacre ses recherches au paysage acoustique du Saint-Laurent. À l’aide des données recueillies par la station de recherche MARS installée entre 80 et 300 mètres de profondeur au large de Rimouski, la chercheuse de l’ISMER-UQAR analyse les effets du bruit de trafic maritime sur les mammifères marins du Saint-Laurent.

  • Candidat au doctorat en sciences de l’environnement, Tom Birien vient de remporter la 29e édition du Concours de vulgarisation de la recherche de l’Acfas. L’étudiant de l’UQAR s’est démarqué avec sa vidéo illustrée par Charlotte Garneau.

  • La diversification de la main-d’œuvre revêt de nombreux avantages pour les organisations. Toutefois, elles font face aujourd’hui à plusieurs barrières, conscientes et inconscientes, dans sa mise en œuvre. Et si l’intelligence artificielle (IA), qui fait désormais partie intégrante de nos vies, s’invitait dans les activités de gestion des ressources humaines des organisations? Les professeures en gestion des ressources humaines (GRH) au campus de Lévis de l’UQAR, Andrée-Anne Deschênes et Catherine Beaudry ainsi que le professeur substitut en droit du travail, Mouhamadou Sanni Yaya se penchent sur cet enjeu dans le cadre d’un projet de recherche.