Première chaire UNESCO dans le domaine maritime au Canada, la chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins est basée sur une étroite collaboration nord-sud avec les pays d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mauritanie & Cap-Vert).

Les objectifs principaux de la chaire sont de :

  • renforcer par la formation et la connaissance scientifique, la mise en place d’équipes de jeunes scientifiques capables d’intervenir de façon efficace dans l’analyse intégrée des systèmes marins (incluant les acteurs sociaux et économiques) et de raisonner de façon holistique, sur la base de l’écosystème;
  • former des étudiants, au Canada et dans les pays partenaires, à l’analyse intégrée des écosystèmes marins;
  • perfectionner des chercheurs et enseignants dans le domaine de l’approche écosystémique;
  • former des représentants de la société civile (associations féminines, associations de pêcheurs) à la notion de développement durable et à l’approche de la gestion de celui-ci;
  • mettre en place des observatoires de l’environnement marin dans les pays partenaires;
  • analyser l’impact des pêcheries sur la structure de l’écosystème, aussi bien au niveau des effets directs sur les espèces ciblées que des effets indirects sur la biodiversité et sur l’habitat;
  • développer des outils de gestion, découlant de la recherche en modélisation écosystémique, et en transmettre les résultats par un processus de vulgarisation.

Cette chaire UNESCO est le résultat d’une collaboration entre les ministères du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs, de l’Agriculture, Pêcheries et Alimentation, et des Ressources Naturelles et Faune du Gouvernement du Québec, le Ministère des Pêches et des Océans du Canada et l’UQAR.

Les Chaires de l'UNESCO

Le programme des chaires de l’UNESCO compte présentement plus de 500 chaires réparties sur tous les continents. Ce programme est un des moyens primordiaux que privilégie l’UNESCO pour construire et renforcer la capacité de l’enseignement supérieur et des institutions de recherche, à travers l’échange et le partage de connaissances, dans un esprit de solidarité internationale. Ce programme promeut la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et le réseautage en tant que stratégie de développement des institutions.

Depuis son lancement en 1992, le programme des chaires de l’UNESCO compte près de 200 chaires en sciences exactes et naturelles. Ces chaires sont des partenaires importants du secteur des sciences exactes et naturelles de l’UNESCO dans sa quête de la promotion de la science, de l’environnement et du développement durable pour une meilleure sécurité humaine, par une meilleure gestion de l’environnement. Elles cherchent également à promouvoir le renforcement des capacités, tant humaines qu’institutionnelles, dans les sciences et la technologie au service du développement, pour permettre la plus large participation possible à la société du savoir, et l’adaptation des politiques scientifiques aux besoins de la société. À ce jour, environ 20 chaires du secteur des sciences exactes et naturelles sont dédiées aux sciences de la mer et à la gestion intégrée des îles et régions côtières. Aucune chaire n’a encore été établie dans ces domaines au Canada.

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et son Institut des sciences de la mer (ISMER) ont obtenu à l'été 2010 la première chaire UNESCO au Québec et au Canada dédiée à la formation et recherche sur les milieux marins, sous le titre : chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins.

Le programme d’enseignement et de recherche de la chaire, inédit au Canada, sera conçu pour répondre aux grandes priorités et aux plus hautes exigences de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Ce faisant, l’UQAR et l’ISMER ainsi que leurs partenaires non gouvernementaux et gouvernementaux agiront ensemble dans un projet des plus mobilisateurs pour être dignes  du sceau de prestige de « Chaire UNESCO ». Ils viseront ainsi à participer au rayonnement et au renforcement des connaissances et du savoir-faire des femmes et des hommes de la communauté scientifique francophone du Sénégal, de la Mauritanie et du Cap-Vert, ainsi que du Québec et du Canada, vouée à la conservation et à l’exploitation durable des écosystèmes marins côtiers et hauturiers, et à l’adaptation de ceux-ci aux changements climatiques et océaniques globaux.